JSK: Yazide Yarichène jette l’éponge

JSK: Yazide Yarichène jette l’éponge

Yazide Yarichène quitte la présidence de la JSK. Le président de la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK), le club le plus titré d’Algérie, a annoncé, ce jeudi 10 février, sa démission de son poste, à l’issue d’un énième échec (0-1) à domicile face au MCA dans un match de mise à jour du championnat de Ligue 1.

« Je suis officiellement démissionnaire de la présidence de la JSK », a déclaré Yarichène en conférence de presse insistant que son départ est définitif : « Je ne suis pas comme les précédents présidents, je pars et je reviens. A partis d’aujourd’hui, je ne suis plus président de la JSK ».

Arrivé en septembre 2021 après un bras de fer en justice avec Cherif Mella, ex-président, Yarichène n’est pas parvenu à hisser la JSK là où elle devait être. Bien au contraire, depuis son arrivée, les échecs se sont multipliés.  Le dernier en date, une élimination à la phase d’avant les poules, de la Coupe de la CAF.

Echec

En championnat, la JSK occupe actuellement la 9e place avec 25 points et un match de retard. Loin derrière le leader, CR Belouizdad avec 36 points.

Pour se justifier, Yazide Yarichène parle de sabotage et de ‘’hogra’’.  « On ne peut pas travailler dans ces circonstances », a-t-il déclaré, accusant le ministère de la Jeunesse et des Sports, ainsi que la Fédération algérienne de football (FAF), de « vouloir casser la JSK ».

« Ils veulent casser la JSK »

« On donne 45 milliards de centimes à des clubs, 120 milliards à d’autres, mais pas un centime à la JSK », a-t-il justifié, rappelant que lorsqu’il avait demandé au ministre et au président de la FAF de mettre à disposition du club, le centre d’entrainement de Sidi-Moussa, lorsque la JSK était en confinement de 10 jours, il n’a reçu aucune réponse.

Mais, « l’on voit des clubs actuellement s’entraîner au même centre comme si eux préparaient la Coupe du monde ! ». Dans la nuit de ce jeudi, des klaxons ont été entendus dans la ville de Tizi-Ouzou, de supporters du club phare de la Kabylie, sortis « fêter » cette démission.

Most Popular

Most Popular